Sirène

Soudain, une vapeur blanche s’élève au-dessus des arbres. À peine l’a-t-on vu apparaître qu’elle s’effiloche… On pourrait se croire témoins de la naissance d’un nuage et très vite, si vite… de sa disparition. On voudrait la revoir de nouveau, on voudrait que s’éternise l’hypnotique ondulation de son corps. Je crois qu’elle chante aussi le chant des sirènes car, immobile sur le balcon de ma chambre, aux pieds des montagnes, je suis comme le marin, happé et sidéré, tandis qu’elle danse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *