Le Héron

Ma soeur, ma petite soeur, mon non-amie

qu’il est dur de se tenir ici 
mais à ton courage sans cesse renouvelé
à tes yeux morts qu’on ne saura sauver
je porte haut un bouquet de branches de genêt
au dessus duquel est passé un bel héron blanc 
traversant un ciel sans autre ornement 
que ce filet de nuage nacré 

Et le silence maintenant se fait roi
tu dois te reposer
j’ai ramassé pour toi
deux écorces de bois
et trois coquilles de noix
du jardin d’à côté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *